Ses années de consultant en ressources humaines au sein de diverses organisations internationales lui ont ouvert les yeux sur les grands problèmes qui frappent le genre humain à notre époque. Ses nombreux voyages lui ont permis de constater l’évidence des fléaux qui rongent la société contemporaine, incapable de résoudre des difficultés apparentes malgré ses efforts soutenus. Ses récits, quoiqu’imaginaires, laissent transparaître de grandes vérités sur les événements racontés. C’est à juste titre que cela lui a valu de figurer dans la liste du prix Renaudot.

Jean-Claude Derey, la pertinence de ses analyses

Son roman « Les requins ne mange jamais les nègres » traite d’un point chaud de l’actualité, non seulement européenne, mais de plusieurs régions d’Afrique : l’immigration clandestine initiée par des réseaux mafieux. Les naufragés en Méditerranée restent une réalité encore inchangée et un sujet sensible et irrésolu. Sa question « comment dissuader le trafic d’êtres humains ? » reste ouverte puisque rien ne semble arrêter les organisations criminelles qui profitent de cette pratique et de la complicité de diverses mafias.

Pour Jean-Claude Derey, sa conviction humaniste le porte toutefois à croire que ces incidents, aussi tragiques soient-ils, ne doivent jamais compromettre définitivement les espoirs et les efforts d’aboutir à un renversement de la situation et à un changement durable.

Profil écrivain Jean-Claude Derey, initiateur de changement

Si la musique adoucit les mœurs, la musique des mots, qu’apporterait-elle ou qu’emporterait-elle ? Le romancier joue certes avec les allusions pour initier la subversion : les lieux, les personnages et les circonstances changent mais le fond reste le même, tout comme le principe : changer ce qu’il y a à changer en choquant les âmes indifférentes ou insensibles. Un coup d’uppercut littéraire pour changer l’atmosphère et faire passer le courant du changement dans la vaste communauté des lecteurs. En résumé, c’est une aide qui provient des grands éditeurs comme Rivages, Phébus, Denoël et Éditions du Rocher à travers le profil écrivain Jean-Claude Derey. Cette subversion, il l’a écrite, le crie haut et fort jusqu’à ce qu’elle soit produite dans toutes ces contrées maudites. Renaudot s’en félicitera, de l’avoir figuré dans la liste de ses lauréats.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*